© Création CDTFM - 2017

Comité de Défense des Travailleurs Frontaliers de la Moselle

1, rue de la Paix
B.P. 30301
57203 Sarreguemines Cedex

frontaliers logo

03 87 95 53 41

03 87 95 21 32

frontaliers-moselle@wanadoo.fr

Edito de notre dernier journal

Jusqu’à quand?

Oui, jusqu’à quand allons-nous accepter ce cynisme, cette volonté destructrice de tout ce qui appartient au bien commun ?

Dans tous les pays de l’Union européenne, toutes les politiques d’austérité sont imposées par les traités dictatoriaux de Maastricht et autres. C’est le dynamitage sociale généralisée, oui, briser tous les droits collectifs : sécu, retraites, statuts, code du travail, privatiser les services publics… Tout doit disparaître. Et bien entendu, les scandaleuses délocalisations qui sont encouragées par la Commission européenne. Comme l’a dit un ouvrier de Whirlpool d’Amiens  (entreprise délocalisée en Pologne, salaires à 450 euros), c’est cette Europe capitaliste de malheur qui m’a fait perdre mon emploi et fait plonger des centaines de famille dans l’angoisse du chômage et la précarité.

Oui, l’UE capitaliste est un des maillons principaux de l’offensive capitaliste contre nos conquêtes ouvrières.

Concernant les retraites, l’objectif des contre-réformes qui se développent dans tous les pays de l’Union européenne est d’aboutir à la situation américaine. Des dizaines de millions de retraités peuvent tout juste survivre. En Allemagne, par exemple, on parle die Armut im Alter (la pauvreté dans la vieillesse). De plus en plus de retraités allemands travaillent pour joindre les deux bouts. Ils travaillent dans le cadre d’un minijob pour vivre. Ils sont passés en 10 ans pour ceux-ci de plus de 64 ans, de 740.000 à 1,02 millions. C’est une augmentation de 40%. Les gouvernants allemands de droite comme de gauche ont volé à la masse salariale des travailleurs entre 1978 et 2015 exactement 12% en point retraites.

Et nos élites allemandes, des parlementaires ont le culot de dire que la « la discussion de la retraite à 70 ans ne doit pas être tabou ». En France le même discours se fait jour avec la réforme des retraites qui est en cours.

Et bien à ces politiciens, ces ministres –  qui ont leurs « valets » pour ouvrir la porte de leur voiture dans la cour de leur ministère, qui n’ont jamais mis les pieds dans une usine, – et les parlementaires qui  votent toutes ces saloperies, qu’on leur mette le bleu de travail et hop ! En stage durant une  année dans les entreprises du bâtiment et travaux publics… sur  les routes avec la pelle en étalant le bitume sur la chaussée par 40e de chaleur, sur les toits, les échafaudages à longueur de journée, s’échiner chez Halberg Guss dans le bruit, la poussière, le vacarme, la chaleur… et dans les hôpitaux, 12 h dans les urgences en soulevant les malades… Alors ils auront une autre vision du monde du travail ! Une honte d’entendre des propos pareil par des politiciens déconnectés des réalités du monde du travail.

En France, Macron veut pulvériser notre système de retraite en voulant mettre en place la retraite par points toujours conformément aux directives européennes. Jean-Paul Delevoy, le Haut Commissaire à la réforme des retraites dit : « cette réforme doit être l’occasion de réfléchir collectivement à notre modèle de société, aux valeurs sur lesquelles nous voulons fonder » Il a le toupet de nous parler de valeurs en nous volant 5 milliards d’euros et nous faire crever au travail. C’est le chiffre avancé par notre belle Union européenne qui nous « protège », qui signale que l’explosion des systèmes de retraite en France réduirait  de plus de 5 milliards d’euros les dépenses publiques à l’horizon 2022, c’est ça l’objectif de notre Europe « progressiste ».

La Commission européenne se félicite de la perspective de la nouvelle réforme des retraites. Partout en Europe les pays sont sommés de reculer l’âge de la retraie. Ils nous prennent pour des imbéciles.  Oui, la retraite par points est ainsi commentée par un expert en la matière, l’homme au costard à 6.500 euros, François Fillon, qui a dit en 2016 sans ambiguïté lors d’un grand oral devant les patrons, organisé par la fondation Concorde en mars 2016 : « je suis favorable à ce système de retraite par points. Mais il ne faut pas faire croire aux Français que ça va régler le problème des retraites. Le système par points en réalité permet une chose qu’aucun homme politique n’avoue : c’est baisser chaque année la valeur des points et diminuer le niveau des pensions. »

Les Fonds de pensions sont en marche en Europe, aubaine pour les spéculateurs ! Les travailleurs seraient contraints d’y faire appel pour tenter de préparer l’avenir, pour eux et leurs familles ou alors seraient condamnés à travailler jusqu’au tombeau. Avec bien entendu la menace de faillite, qui les priverait de tout, de l’argent placé sur les marchés spéculatifs.

Jusqu’à quand allons-nous accepter la destruction de tous nos droits collectifs arrachés par la lutte de classe ?

Notre lutte contre toutes les discriminations qui frappent les travailleurs et retraités frontaliers va de paire avec notre lutte contre la destruction de nos conquêtes ouvrières.

Ca devient insupportable ! La Commission européenne, la Banque Centrale Européenne et les gouvernements menacent tous les acquis de civilisation pour le seul profit de la classe capitaliste.

Consultez les archives
Please reload